SP_WEATHER_BREEZY

0°C

Chambly, Qc

SP_WEATHER_BREEZY
Humidité: 56%
Vent: W à 40.23 km/h
jeudi, 15 octobre 2015 09:09

Subvention au futur Pôle du savoir : « C’est la maison des fous dans Astérix» - Denis Lavoie

M. Denis Lavoie M. Denis Lavoie

Le maire de Chambly Denis Lavoie ne mâche pas ses mots quant au refus du Ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire de lui permettre de ne pas faire d’appel d’offre conventionnel mais d’attribuer le contrat de la prochaine bibliothèque municipale par un concours d’architecture. « C’est la maison des fous dans Astérix ! » s’est exclamé le maire.

L’élu de Chambly n’en revient pas. « À cause de cette mauvaise compréhension du dossier, notre projet de Pôle du savoir va être retardé de l’automne 2016 au printemps 2017. Nous étions prêts à construire. Le chantier serait déjà en marche si ce n’était de cette histoire » s’est-il indigné. C’est que pour ce projet de bibliothèque et de salle de spectacle, la municipalité a bénéficié d’une subvention de 3,2 millions $ du Ministère de la Culture et des Communications en 2009. Afin que le ministère accepte cette subvention, la Ville devait, au lieu d’aller normalement en appel d’offre au plus bas soumissionnaire conforme, procéder par un concours architectural afin que le produit final soit qualitatif. Afin de ne pas être tenu par la loi d’octroyer le contrat au plus bas soumissionnaire conforme, la Ville devait demander l’autorisation au Ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire. Ce dernier a refusé la demande de Chambly. « C’est incroyable! Ces gens-là ne se parlent pas ». Ainsi, afin de faire avancer ce dossier, le Ministère de la Culture et des Communications a demandé à Chambly d’adopter au conseil municipal une résolution quant à la continuité du projet de bibliothèque. C’est ce que la municipalité a fait lors de la dernière séance du conseil de Ville.

 

« Là, on attend que ces gens se parlent. Pendant ce temps-là, un projet structurant de 11 à 12 millions $, qui fera rayonner notre ville et notre région, en plus de ne pas coûter un cent au gouvernement du Québec, est en attente. Si ça continue ainsi, nous allons procéder sans eux» a finalement laissé tomber le maire Lavoie.