Partiellement nuageux

25°C

Chambly, Qc

Partiellement nuageux
Humidité: 64%
Vent: NE à 22.53 km/h
mardi, 28 septembre 2010 01:00

Mon enfant se replie sur lui-même

Le repli sur soi ou la timidité peut être normal lors de situations nouvelles. Néanmoins, ce comportement devient inquiétant si tout d’un coup, l’enfant se replie sur lui-même au point de ne plus rien faire. Vous pouvez déceler certaines situations qui l’ont mené à ce repli en vous posant les questions suivantes : le père est-il absent? Quelle est la situation familiale? Avez-vous d’autres enfants? Quel âge a-t-il? A-t-il des amis et qui sont-ils? Comment était votre enfant avant cet épisode? Quelles sont les situations marquantes de sa vie? D’où proviennent les problèmes et quand ont-ils débuté?

Ce comportement est une expression d’une souffrance et il faut comprendre d’où il provient et pourquoi l’enfant ne s’investit plus autant dans sa vie. Le repli n’est pas héréditaire, il se développe et peut par contre être entretenu par des attitudes. Les attitudes des parents peuvent renforcer une timidité nouvelle. En effet, les enfants vont reproduire cette méfiance à l’égard d’autrui s’ils observent ce comportement. Si l’on dévalorise inconsciemment l’enfant, l’empêchant ainsi d’avoir confiance en lui, il aura peur d’aller vers les autres et préférera rester seul. Une relation trop fusionnelle peut également provoquer un rejet d’autrui et déclencher la timidité. Ce comportement peut provenir d’un problème scolaire ou relationnel, d’un changement familial, de la mort d’une personne ou d’un animal. Peut-être a-t-il été être témoin d’un événement choquant? Une mauvaise gestion des émotions, la peur du jugement d’autrui, le sentiment d’être incompris peuvent être des déclencheurs. Une surprotection des parents ou, au contraire, d’être laissé trop à lui-même peuvent être d’autres causes. Une différence de niveau scolaire par rapport à la classe et des moqueries peuvent également amener à ce comportement.
Voici certains signes de repli sur soi: moins d’ouverture qu’auparavant; parle moins; participe très peu aux activités qui l’intéressait avant; passe plus de temps seul sans amis, évite les autres ou des activités scolaires, dort très peu ou fait de l’insomnie et mange moins qu’avant.
Il faut aider l’enfant à exprimer ses angoisses ou ses difficultés. Vous pouvez l’inscrire à un cours de musique, un cours de théâtre, un sport de lutte comme le judo, des activités de créations artistiques sans nécessairement lui imposer, avoir un regard positif sur lui, l’impliquer dans vos projets, consulter son professeur, etc. Si rien ne fonctionne, la consultation d’un thérapeute comportemental peut être bénéfique. L’enfant découvrira ses complexes et pourra ainsi vaincre son repli sur soi.
Marie-Josée Lépine
www.millemerveilles.com