Généralement ensoleillé

-14°C

Chambly, Qc

Généralement ensoleillé
Humidité: 71%
Vent: WSW à 28.97 km/h
jeudi, 23 novembre 2017 00:00

Mise à jour économique : « Une mise à jour du cynisme » - Jean-François Roberge

Jean-François Roberge Jean-François Roberge

À dix mois des prochaines élections provinciales, le député de Chambly Jean-François Roberge voit dans la récente mise à jour économique du gouvernement libéral une annonce surtout destinée à faire oublier quinze années ans de mauvaise gouvernance.  

Le député se réjouit de la baisse d'impôts et du coup de pouce aux familles, qui prendra la forme d'un chèque de 100$ par enfant qui fréquente l'école. Il indique que ces mesures sont similaires à celles qu’il a lui-même amenées et défendues à l'Assemblée nationale. « Depuis plus de trois ans maintenant, la CAQ est le porte-voix des priorités des Québécois à l'Assemblée nationale. On constate que le gouvernement libéral, inquiété par les mauvais sondages, commence à s'en rendre compte et ajuste ses actions. Malheureusement pour lui, c'est trop peu, trop tard », observe le député de Chambly.

S’il est d'accord pour « donner un peu d'air » aux familles, il déplore que le gouvernement libéral ait dégagé sa marge de manœuvre financière en coupant en éducation, dans les services aux plus vulnérables et en haussant les taxes scolaires et les tarifs d'Hydro-Québec et des différents services de garde.

« Au lieu de créer de la richesse en créant des emplois payants, les libéraux ont augmenté le cheap-labor. Au lieu de couper dans la bureaucratie, ils ont coupé dans les services directs aux citoyens. Maintenant, ils tentent d'acheter le vote des Québécois avec leur propre argent. Pour moi, ce n'est pas une mise à jour économique, c'est une mise à jour du cynisme, et nous en payons tous le prix ! », lance Jean-François Roberge.

Pour le député, une autre voie est possible. « Oui, c'est possible de baisser le fardeau fiscal des Québécois sans toucher aux services. Ça demande de l'ambition et surtout, une vision à long terme. Au final, les Québécois ne sont pas dupes. Une mise à jour économique faite en catastrophe n'effacera pas le triste bilan de quinze ans de gouvernance libérale», de conclure M. Roberge.