Clair

-1°C

Chambly, Qc

Clair
Humidité: 51%
Vent: WNW à 22.53 km/h
mardi, 19 août 2014 20:00

Opération de vaccination des animaux sauvages en Montérégie

Pour une huitième année consécutive, le gouvernement du Québec  procède, depuis le 18 août, à l'épandage d'appâts vaccinaux, sur les territoires de la Montérégie, de l'Estrie et de la région métropolitaine, dans le but de maintenir et de renforcer l'immunisation des ratons laveurs, des mouffettes et des renards contre la rage du raton laveur. Selon le territoire visé, l'épandage sera fait par avion ou à la main.

Ainsi, jsuqu’au 24 août 2014, des avions voleront à basse altitude principalement au-dessus des boisés, sur un territoire d'environ 4 000 km2, pour larguer quelque 398 385 appâts vaccinaux. En tout, 46 municipalités de la Montérégie seront couvertes. Du 18 août au 8 septembre, l'épandage manuel se fera tout particulièrement dans les régions à vocation agricole ou près des résidences afin de mieux cibler les endroits où peuvent se cacher les ratons laveurs, les mouffettes et les renards. Des équipes du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs parcourront un territoire de plus de 3 900 km² touchant 10 municipalités de l'Estrie, 78 municipalités de la Montérégie ainsi que 9 parcs de la région métropolitaine. Elles épandront quelque 245 970 appâts vaccinaux dans les habitats naturels des ratons laveurs, des mouffettes et des renards. Ces lieux incluent notamment les boisés, les abords des cours d'eau et, à l'occasion, les abords des poubelles!

Les appâts vaccinaux ont l'apparence de gros raviolis vert olive. Ils mesurent environ 40 mm sur 22 mm sur 10 mm. En raison de leur couleur, ils se fondent dans l'environnement et sont plutôt difficiles à repérer une fois au sol. Ils sont aussi très solides, ayant été conçus pour résister à l'impact d'un largage aérien. Normalement, il faut qu'ils soient perforés pour répandre le liquide vaccinal qu'ils contiennent, ce que les animaux sauvages font en les croquant.

État de la situation

Depuis 2009, aucun cas de rage du raton laveur n'a été découvert au Québec. Toutefois, une étude de simulation menée par le comité scientifique a démontré que, si nous cessions les interventions de contrôle pendant deux ans, nous reviendrions à la case départ ou presque quant aux taux d'immunisation de la population de ratons laveurs, puisque le taux de renouvellement de cette population est d'environ 40 % par année. De plus, des cas de rage du raton laveur ont été rapportés à moins de 20 km au sud de nos frontières. Cela signifie que le risque d'introduction de la rage du raton laveur au Québec est toujours bien présent et qu'il faut rester vigilants et continuer à assurer une surveillance élevée pour demeurer exempts de cette souche de la rage.

La collaboration des citoyens est précieuse dans ce dossier et le Ministère désire, encore cette année, que la population soit ses yeux sur le terrain. Même si la situation s'est améliorée, il est primordial de continuer à signaler les animaux suspects qui se trouvent à l'intérieur de la zone de haute surveillance.

Communiqué