Nuageux

-8°C

Chambly, Qc

Nuageux
Humidité: 83%
Vent: W à 28.97 km/h
mardi, 29 novembre 2016 00:00

De nombreux défis attendent le nouveau directeur général de Chambly! – Steeve Demers

Démocratie Chambly salue la nomination de Monsieur Charron à titre de nouveau directeur général de la ville de Chambly mais est d'avis qu'il aura fort à faire pour ramener l'éthique et le respect au sein de l'administration municipale. «La nomination de M. Charron permet d'élever sensiblement le niveau de compétence à la direction générale depuis le départ de l'ancien directeur Me Jean Lacroix. Il nous reste toutefois à souhaiter qu'il saura réinstaller le respect envers les employés et mettre fin aux ingérences politiques dans la direction des affaires municipales» a déclaré par communiqué Steeves Demers, chef de Démocratie Chambly.

Selon M. Demers : «L'organisation municipale a largement souffert des ingérences du politique, des liens plus qu'étroits entre le maire et la directrice générale adjointe et du manque flagrant d'expérience et de leadership du directeur général sortant. Les départs de cadres et de fonctionnaires clés se sont multipliés et le nombre de griefs a explosé depuis près de trois ans, ce qui illustre bien quelques uns des problèmes de l'administration municipale» souligne-t-il.
M. Demers souhaite que le nouveau directeur général puisse assumer pleinement son rôle prévu par la Loi et invite ce dernier à faire de l'éthique, de l'intégrité, du respect et de la bonne gestion des fonds publics ses premières priorités. Comme la conseillère Francine Guay, M. Demers se dit très inquiet que le contrat de travail conclu avec M. Charron ne contienne aucune clause permettant au conseil de réagir advenant la réintégration de Jean Lacroix comme directeur général. Le chef de Démocratie Chambly rappelle que ce dernier conteste devant les tribunaux un congédiement qu'il juge illégal. «Advenant un jugement favorable, la Ville se retrouverait avec deux directeurs généraux et une facture totale de plusieurs centaines de milliers de dollars. En vertu du principe de prudence dans la gestion des fonds publics, l'entente avec le nouveau directeur aurait dû tenir compte de cette éventualité. Ce qui n'est pas le cas» de conclure M. Demers.