Clair

-14°C

Chambly, Qc

Clair
Humidité: 71%
Vent: WSW à 28.97 km/h
mardi, 24 mars 2015 05:44

Familles vulnérables : suppression d’un projet pour nouveaux arrivants

La Conférence régionale des élus de la Montérégie-Est (CRÉ) a lancé un projet pilote visant a intégré les nouveaux arrivants à Chambly l’an dernier. Malgré son succès, cette initiative ne sera pas renouvelée en raison des coupures budgétaires du gouvernement Couillard.

Le projet, baptisé PARSIS, a été mis en branle en octobre 2014. « C’est une processus de 45 semaines qui se divise en deux étapes. Tout d’abord, on sécurise les familles participantes. Cela signifie qu’on les aide avec leurs demandes auprès des services gouvernementaux et on leur présente les différents organismes et ressources communautaires auxquels les familles peuvent avoir accès en cas de besoin », explique l’intervenante en charge du projet pilote, Diane Godin.

« Ensuite, on fait des activités avec les familles pour les familiariser avec leur nouvelle communauté. Par exemple, il y a eu des café-rencontres et un souper de Noël avec ces familles. Après les 45 semaines, on espère que les bénéficiaires seront autonomes dans leur nouveau milieu de vie », ajoute l’intervenante du CRÉ.

L’initiative s’adresse non seulement aux familles arrivant de l’extérieur du pays, mais aussi aux personnes venant d’autres régions du Québec qui seraient plus vulnérables et qui auraient de la difficulté à s’intégrer. « Présentement, il y a huit familles qui participent au projet. Cinq d’entre elles viennent d’ailleurs dans le monde et les trois autres sont québécoises et chacune des familles a en moyenne quatre enfants », précise Diane Godin.

Cependant, le projet PARSIS ne connaîtra pas de suite. « Il n’y aura pas de reconduction du projet à cause de la disparition des CRÉ », déplore l’intervenante. Les mesures d’austérité du gouvernement provincial aboliront entre autres les CRÉ, ce qui signifie que le programme d’intégration des nouveaux arrivants ne viendra pas en aide à de nouvelles familles.

Par Dominique Degré