Partiellement nuageux

19°C

Chambly, Qc

Partiellement nuageux
Humidité: 53%
Vent: NW à 22.53 km/h
mercredi, 07 février 2018 09:13

La violence à l’école : un problème dès la maternelle

La violence à l’école : un problème dès la maternelle photo courtoisie

Un garçon de maternelle a dû être hospitalisé d’urgence avec une commotion cérébrale la semaine dernière suite à un jeu d’attaque aux mains de quatre de ses amis dans une école primaire de la région. Les garçons d’un autre groupe venaient tout juste d’être mis en retrait pour s’être livrés entre eux au même jeu. La direction de l’école a confirmé que la restriction des activités extérieures dues à la température des dernières semaines avait causé une montée de la fébrilité chez les garçons en particulier et que certains groupes avaient une dynamique problématique. Les petits de maternelle ont depuis été séparés du reste des élèves lors des récréations afin de leur offrir une plus grande sécurité.

Un manque d’échappatoire

Une responsable du service de garde nous explique qu’en raison du verglas, plusieurs endroits de la cour d’école étaient interdits aux enfants. La patinoire et la butte à glisser, entre autres, étaient interdites d’accès parce que trop dangereuses. « C’est certain que les garçons, parce que ça touche plus les garçons que les filles, ont besoin de bouger. Ils doivent dépenser leur énergie. Là ils ne pouvaient rien faire. Alors ils jouent à se chamailler, se pousser, se battre. » dit-elle.   Cependant, elle raconte que certains groupes de garçons ont une dynamique de violence depuis le début de l’année. « Cette année c’est la mode : jouer à se battre. Nous avons beaucoup de gestion à faire avec ça. Plus que par le passé. »

L’école nous confirme avoir mis en place dès la rentrée un plan de lutte contre l’intimidation et avoir un comité d’action qui a circulé dans toutes les classes l’automne dernier pour sensibiliser les élèves à l’intimidation et à la gestion de conflit. Il s’agirait toutefois, dans ce cas-ci, d’une tendance de la population masculine de l’école plutôt que de cas d’intimidation ciblée.

La responsabilité des parents

Selon la régie intermunicipale de police Richelieu-St-Laurent, Jean-Luc Tremblay, la police n’est pas appelée à intervenir dans les cas de violence à l’école sauf en cas de lésions graves ou plus. Au moins une autre école de la Commission Scolaire des Patriotes (SCP) a eu un cas de violence entre enfant du primaire cette année, selon la régie.   Les autorités conseillent aux parents de parler avec leurs enfants et de ne pas tenir pour acquis que les autres sont fautifs et que l’enfant est une victime innocente de l’effet d’entrainement. « Le plus gros problème qu’on observe lorsqu’on reçoit des plaintes de parent c’est une déresponsabilisation complète vis-à-vis de leur enfant. C’est toujours la faute des autres. On parle des enfants-roi. Nous , on voit beaucoup de parents-roi. » conclut M. Tremblay.

Marie-Eve Ducharme