Nuageux

-6°C

Chambly, Qc

Nuageux
Humidité: 85%
Vent: WSW à 8.05 km/h
mardi, 10 juillet 2018 09:24

Lettre ouverte des médecins du GMF Richelieu Saint-Césaire

À la suite des nombreux articles sur la perte des services de sans rendez-vous pour les patients orphelins au CLSC du Richelieu ainsi qu’à la mobilisation des élus de la région, les médecins du GMF Richelieu Saint-Césaire qui desservent la clientèle du CLSC ont fait parvenir une lettre ouverte aux médias afin de clarifier les changements récents apportés au sans rendez-vous.

Ce serait seulement le 9 mai dernier, après le personnel infirmier, que les médecins du CLSC ont été informés que le sans rendez-vous pour la clientèle n’ayant pas de médecin de famille ainsi qu’une partie des ressources allouées serait transférée au GMF Réseau Centre Médi –Soleil de Saint-Jean-sur-Richelieu.

« Cette décision administrative du CISSSMC de mettre fin au sans-rendez-vous populationnel infirmier et médical au CLSC du Richelieu, décision à laquelle les médecins du CLSC n’ont pas participé, a nécessité une restructuration des modalités d’inscription au sans-rendez-vous afin de continuer à offrir le service de sans-rendez-vous uniquement à la clientèle inscrite auprès d’un médecin de famille du GMF Richelieu Saint-Césaire » indique la lettre signée par Linda Lanoue, médecin responsable GMF Richelieu-Saint-Césaire et chef des services médicaux CLSC du Richelieu.

Un responsable du CLSC nous avait cependant indiqué la semaine dernière que « le GMF Richelieu-Saint-Césaire a réaménagé son service de sans rendez-vous médical afin d'améliorer l'accessibilité aux services pour sa clientèle inscrite. »

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barette, avait quant à lui répondu à notre demande de renseignement sur le sujet par « Ce sont les médecins de la clinique qui ont décidé de réaménager le service de sans rendez-vous médical du CLSC. »

Changement d’affectation du personnel infirmier

D’autres sources au sein du CLSC, qui ont demandé à conserver l’anonymat, ont dénoncé l’abolition du triage des patients par des infirmières.  Celles-ci étaient responsables auparavant de voir les patients et de les acheminer soit vers un médecin du CLSC, soit vers l’hôpital de Saint-Jean-sur-Richelieu ou encore de leur prodiguer des conseils et de les retourner à la maison.  « C’est plus de 40 personnes que ces infirmières pouvaient voir chaque jour. Cela sauvait énormément de travail aux docteurs » nous confie une source.  « Maintenant, ils doivent voir des gens qui n’ont pas d’affaire là.  Des gens qui ont fait de la fièvre un peu hier ou qui ont un orgelet.  Ça leur cause une tonne de paperasse et ça prend la place de quelqu’un qui a vraiment besoin de voir un médecin » déplore un autre employé.

Soulignons aussi que les cliniques d’allaitement ont été réduites de deux par semaines à une seulement et que le personnel de soutien à ces cliniques a été coupé de moitié.  Nos sources déplorent que ces infirmières aient été redéployées à des fonctions en deçà de leur expertise.  « Ils ont coupé pour ajouter des filles à un endroit où leurs compétences ne sont pas nécessairement mises en valeur. Les médecins ne sont pas contents, les filles sont démotivées, la population est moins bien servie qu’avant. Je ne vois vraiment pas la logique là-dessous. »

Le responsable des communications du CLSC nous avait toutefois assuré que: « aucun des services du CLSC (prélèvements, services courants, vaccination, pansements, soutien à domicile, services aux jeunes et aux familles, etc. » n’était compromis par les récents changements et qu’ils « demeurent selon les heures et modalités habituelles. » Il semblerait que le personnel en place ne partage pas cette affirmation.

Marie-Eve Ducharme