Ensoleillé

22°C

Chambly, Qc

Ensoleillé
Humidité: 54%
Vent: NNE à 11.27 km/h
mardi, 15 août 2017 09:09

Maison Boileau…qu’en est-il ?

Louise Chevrier, porte-parole du regroupement de bénévoles Les amis de la maison René-Boileau, a fait parvenir une lettre ouverte aux médias la semaine dernière. Son regroupement se questionne sur l’avancement du dossier de la maison Boileau de Chambly.

En juin 2016, le maire Denis Lavoie a produit son plan d’action « S.M.E.A.C S.M.R. Maison Boileau », daté avril-mai 2016. Plus d’un an après l’acquisition de la maison par la Ville et compte tenu de l’engagement du maire de tenir les citoyens informés des résultats importants par le biais de L’Écluse et des médias, que peut-il dire aux citoyens concernant les questions suivantes :

Ventilation et taux d’humidité intérieure

Dès 2013, il est fait état de la présence de moisissures. À l’été de 2016, la maison a été sécurisée, mais fermée hermétiquement par la Ville. Pourquoi aucune ventilation n’a été installée à l’intérieur de la maison, malgré nos demandes réitérées ?

Valeur architecturale

Quel est l’âge respectif des différentes composantes de la maison ? Les experts qui l’ont visitée estiment que le corps original pourrait dater de la fin du XVIIIe siècle. Pour connaître l’état réel de la structure et de son origine, un curetage approfondi doit être fait. Une firme d’architectes a été mandatée pour établir un bilan de santé de la maison. Un curetage est-il prévu ? Quels sont les plan et objectif de la Ville pour la restauration de cette maison ? Entend-elle en conserver les éléments significatifs ?

Valeur historique

La maison représente le lien historique entre la seigneurie et la municipalité de Chambly-Bassin. Référant au cadastre de 1868, cette maison d’inspiration française occupe le lot 92. Sur ce lot, il y a eu : l’école de Madeleine Brousseau, un magasin général et un marché public, le couvent de la Congrégation Notre-Dame, la mairie et la station de pompiers, la statue de Salaberry, la fondation de la Caisse populaire, l’ouverture du dernier tronçon de l’avenue Bourgogne, la route numéro 1, etc. Nous croyons que cette riche histoire mérite d’être racontée aux Chamblyens et aux visiteurs, à l’intérieur même de la maison restaurée.

La citation

Le S.M.E.A.C. mentionne d’entamer un processus de citation après l’implantation des horodateurs. Il y a maintenant plus d’un an que les horodateurs sont implantés. La Ville n’a pas besoin d’attendre la fin des travaux de restauration pour citer la maison, une prérogative municipale reconnaissant l’importance accordée à un site ou un bâtiment patrimonial. Aucune information n’a circulé à l’effet que la Ville ait entamé le processus de citation. Pourquoi ?

Comité du patrimoine

À quand un véritable comité du patrimoine dans une ville d’histoire comme Chambly ? Le Fonds PHAC, mis sur pied par l’actuelle administration pour la promotion de l’histoire, du patrimoine et de la culture ne comprend qu’un seul représentant du milieu patrimonial, dans un groupe composé de dix personnes pour gérer le fonds. Ce n’est pas un comité du patrimoine.

Offre des Amis de la maison René-Boileau

Dès le départ, les Amis de la maison René-Boileau, des bénévoles intéressés au milieu patrimonial, ont offert de travailler en collaboration avec la Ville afin de mener à bien un projet commun et consensuel. Nous attendons toujours une réponse à cette offre.

Les amis de la maison René-Boileau

Le maire de Chambly, Denis Lavoie, a commenté cette lettre ouverte en quelques phrases : « Nous travaillons présentement avec des ingénieurs et des gens compétents pour la restauration de la maison Boileau. C’est avec eux que nous discutons, pas avec Madame Chevrier. Les travaux devraient commencer très bientôt. Pendant qu'elle écrit des lettres, nous travaillons » a-t-il lancé.

En mai 2016, la Ville de Chambly avait annoncé qu’elle achetait la maison Boileau. Des stationnements payants dans le Vieux-Chambly avaient ensuite été installés dès l’été suivant afin de financer cet achat. Le projet total devrait coûter 1,5 million $ en mise de fonds avec une récurrence annuelle de 50 000$ pour opérer les lieux.