Clair

15°C

Chambly, Qc

Clair
Humidité: 91%
Vent: S à 11.27 km/h
jeudi, 29 novembre 2007 19:00

Fêtez Noël chez vous, enfermé à clef

La communauté sikhe montréalaise a demandé jeudi à la Commission Bouchard-Taylor qu’en tant que représentant d’une société qui se dit laïque, l’État doit respecter les droits de tous et sortir les sapins de Noël, les crucifix et les autres symboles chrétiens des institutions publiques. Les sikhs jugent que si on interdit le kirpan à l’école, alors on devrait aussi interdire tous les symboles religieux dans les institutions publiques. Fini le temps des décorations de Noël sur la rue University, fini les étoiles et les cloches accrochées aux lampadaires, fini les immenses sapins de Noël et les guirlandes devant les gratte-ciel. Que tout le monde fête Noël chez eux, enfermé à clef ! Dites-moi, quelle sorte de personnage peut-il être assez arrogant pour demander à sa société d’adoption de retirer ses sapins de Noël de la place publique ? Quelle genre de personnage peut-il être à ce point bouché que de ne pas faire ici la différence entre la religion et la culture ? Parce que là on ne parle plus de religion, on parle de culture. On parle de l’esprit des Fêtes, on parle de la célébration des valeurs qui guident notre société.
On peut même parler ici du principe fondamental de la démocratie, la loi de la majorité. Les institutions sont publiques. Elles appartiennent à tout le monde. Si on décide de leur retirer un symbole ou une décoration, c’est que la majorité en aura décidé ainsi. Point final. Nous sommes une société laïque, certes. Mais une société à laquelle la culture est reliée à la religion en certaines occasions. Tout ce débat sur les accommodements raisonnables commencent à prendre une tournure ridicule. À la base de n’importe quel prémisse, les minorités devraient toujours se rappeler que le Québec les ont adoptés et les ont traités beaucoup mieux que ce qu’on peut voir un peu partout dans le monde, regardez en France par exemple. J’ai un message pour les sikhs : Prenez donc un bon grand respire lorsque vous regarderez nos décorations de Noël. Je mangerai une pointe de tourtière à votre santé, promis.
Samuel Thibault