Partiellement nuageux

28°C

Chambly, Qc

Partiellement nuageux
Humidité: 68%
Vent: W à 17.70 km/h
mercredi, 08 juin 2005 20:00

Les propriétaires anglophones de la seigneurie de Chambly

En 1672, Jacques de Chambly reçoit la concession de la seigneurie de Chambly. Puis, dix francophones la possèdent jusqu’à la Conquête, où les terres passent progressivement aux mains d’anglophones. M. Gabriel Christie est un de ceux-là. Né en 1722, il est un homme influent et fortuné.

Entre 1764 et 1796, ce général achète sept seigneuries, dont celle de Chambly en 1796, et les exploite pour le bois. À la mort de Gabriel Christie en 1799, celui-ci lègue à son fils, Napier Burton Christie, une partie de ses biens. Entre-temps, Samuel Jacobs achète une partie de la seigneurie à Gabriel Christie; celui-ci devient donc co-propriétaire avec Napier Burton.
Samuel Hatt, capitaine dans l’armée britannique, investit dans la seigneurie vers 1814. Lui qui a combattu pendant la guerre de 1812 contre les Américains, achète la minoterie du général Christie. Vers 1830, il la revend à Mahlon Willett. À la mort de Hatt, ses garçons, Thomas Clark et Richard Brook Hatt, possèdent une partie de la seigneurie de Chambly-Ouest.
Richard Brook Hatt épouse en 1842 Letitia Yule, la fille de William Yule. Ce dernier, né en 1767, arrive au Québec à la fin du 18e siècle avec son frère John. Ces deux Écossais viennent ici pour faire leur service militaire. À la fin de celui-ci, ils décident de rester. Mobilisé au fort de Chambly en 1812, William Yule investit dans la partie est de la seigneurie de Chambly. La femme de William Yule, Letitia Hash, achète aussi une partie de la seigneurie de Chambly-Ouest à son gendre en 1845. Le couple Yule aura neuf enfants, dont Letitia et John, le futur fondateur du village de Richelieu et constructeur du pont entre Chambly et Richelieu. À la mort de William, son fils John hérite de la grande majorité de la seigneurie de son père mais il n’en reste pas là. Il se porte acquéreur du fief Jenison en 1844 puis d’une partie de la Seigneurie de Chambly-Est qui appartient alors à Jean-Baptiste René de Rouville. Il devient un grand propriétaire terrien, un député, un maire, un industriel et surtout, le dernier seigneur de Chambly.    Par Marie-Claude Dauray
Source : SHSC