Nuageux

2°C

Chambly, Qc

Nuageux
Humidité: 87%
Vent: SW à 17.70 km/h
lundi, 13 avril 2009 20:00

À court d’excuses ?

Après avoir rencontré les promoteurs du projet de complexe sportif mardi soir dernier en compagnie des autres membres du conseil, les élus du Pari municipal Chambly ne peuvent plus implorer un manque d’information, selon le conseiller Steeves Demers.
Pour M. Demers, il serait hypocrite de la part du PMC de continuer à implorer un manque d’information dans ce dossier après la séance plénière de mardi, alors que cinq promoteurs sont venus présenter le projet en détails. « Ça été une excellente rencontre. Il y avait un architecte, un avocat et deux financiers, des gens d’expertise, qui ont le souci de s’intégrer dans le cadre environnemental et architectural du milieu. Ceux-ci avaient des documents en quantité industriel pour démontrer la valeur de leur projet », a mentionné le conseiller d’Action Chambly jeudi lors d’une conversation téléphonique. « Non seulement les membres du Parti municipal ont eu l’occasion de poser toutes leurs questions, mais les promoteurs ont, dès le début, répondu à plusieurs des interrogations rapportées dans les médias », ajoute M. Demers, expliquant que tous les membres du conseil municipal savaient depuis près d’un mois que la rencontre aurait lieu et donc, ont eu le temps de s’y préparer.

Dans notre édition de jeudi, le conseiller du PMC Ken Moquin mentionnait avoir trouvé la rencontre « très bonne », mais que les conseillers ignoraient toujours combien le projet coûterait exactement à la Ville. « Je suis heureux de voir que les élus du Parti municipal ont aussi apprécié cette réunion. Cela dit, on est maintenant à la limite de ce qu’on peut savoir. On a même obtenu des informations qu’on n’obtient pas habituellement dans ce genre de projet. Jamais promoteur n’a montré patte blanche de la sorte », réagit Steeves Demers. Concernant le climat de tension au sein du conseil, tel que rapporté la semaine dernière par le conseiller Moquin, Steeves Demers réitère que les élus du PMC sont les premiers artisans des conflits. « Je trouve drôle que M. Moquin dénonce le climat au conseil alors que le PMC vient de distribuer un pamphlet avec des attaques quasi-personnelles envers le maire Lavoie. » Le conseiller Demers conclut en soulignant que les membres du parti adverse perdraient toute crédibilité en continuant de s’opposer aveuglément au complexe sportif.