Généralement clair

18°C

Chambly, Qc

Généralement clair
Humidité: 92%
Vent: S à 22.53 km/h
jeudi, 12 janvier 2012 00:02

Alain Perreault déposera son mémoire d’appel d’ici au 20 janvier

Alain Perreault, qui a été condamné à l'emprisonnement à perpétuité en février dernier pour le meurtre de la Chamblyenne Lyne Massicotte, poursuit ses démarches afin que sa requête en appel du verdict soit entendue cette année. Son avocat, Me Stéphane Beaudoin, devra déposer son mémoire d'ici le 20 janvier.

On se souvient qu’en mars dernier, Alain Perreault avait annoncé qu’il irait en appel du jugement. Son avocat, Stéphane Beaudoin, soutenait alors que le juge Jean-Claude Beaulieu avait commis des erreurs, notamment lorsqu'il a déclaré admissible en preuve la déclaration vidéo où l'accusé avoue son crime à un supposé patron d'organisation criminelle.
Dans sa requête, l'avocat de Perreault affirme que le juge a fait preuve de négligence en laissant transparaître au jury son opinion personnelle sur l'affaire par son attitude arrogante et déplacée. L'accusé reproche aussi au juge de ne pas être intervenu lorsque les spectateurs dans la salle ont applaudi à la fin de la plaidoirie de la procureure de la Couronne. Il est également reproché au juge d'avoir permis la diffusion de la bande vidéo au cours de laquelle Perreault admet son crime. L'avocat de Perreault demande que le verdict de culpabilité soit renversé.

Le 11 février dernier, Alain Perreault a été reconnu coupable du meurtre prémédité de Lyne Massicotte. Le 17 juillet 2003, la résidante de Chambly s’était rendue à Québec pour rencontrer Alain Perreault, après avoir entretenu avec ce dernier, une correspondance par Internet. Elle n’a jamais redonné signe de vie à ses proches après cette fameuse rencontre.

On sait que Alain Perreault a été piégé, en janvier 2010, par des agents d’infiltration de la police qui ont monté tout un stratagème afin de lui laisser croire qu’il gravissait les échelons d’une organisation criminelle. Dans toute cette mise en scène, Perreault a fini par avouer au «patron» de l’organisation criminelle fictive qu’il a avait commis le meurtre de la mère de famille de Chambly. Ces aveux ont d’ailleurs été filmés.