Généralement nuageux

0°C

Chambly, Qc

Généralement nuageux
Humidité: 88%
Vent: S à 28.97 km/h
jeudi, 09 septembre 2010 01:00

Bertrand St-Arnaud et Marie Bouillé rendent hommage à Claude Béchard

Bien que les députés de Chambly, Bertrand St-Arnaud, et d’Iberville, Marie Bouillé, soient tous deux du Parti Québécois, ils ont tour à tour rendu hommage à Claude Béchard, décédé mardi.

La maladie ne lui avait pas enlevé la verve et la fougue qui l’animaient. « On y pensait deux fois lorsqu’on devait lui poser une question », a affirmé le leader parlementaire adjoint de l’opposition officielle, Bertrand St-Arnaud, soulignant la « pugnacité » de M. Béchard lorsqu’il entrait dans la joute parlementaire. « Mais dès que l’on sortait de la chambre, c’était la camaraderie et la bonne humeur, la gentilhommerie finalement. Je souhaite à tous ceux qui font de la politique après 13 ans d’avoir la même passion que Claude Béchard. » a-t-il ajouté.
De son côté, la députée d’Iberville, Marie Bouillé a également parlé avec beaucoup de respect du jeune ministre décédé à 41 ans: « Je suis attristée par le décès de Claude Béchard. C’était un collègue talentueux, un redoutable adversaire politique, mais avant tout un homme passionné par la politique et dévoué aux citoyens de sa circonscription », a-t-elle déclaré.
Selon elle, Claude Béchard a défendu ses convictions politiques comme il a combattu le cancer, avec détermination et combativité. « Je salue son courage, car il aura lutté jusqu’au bout pour vaincre le cancer pendant plus de deux ans. On se souviendra de Claude Béchard comme d’un homme dynamique, combatif et passionné. Je désire également offrir mes condoléances à sa famille, ses filles, amis et concitoyens de Kamouraska-Témiscouata », a souligné la députée d’Iberville.
Claude Béchard était atteint d’un cancer du pancréas depuis 2008. En juin de cette année-là, il s’était fait opérer pour une tumeur. Il avait ensuite subi des traitements de chimiothérapie. Combatif, il avait fait campagne six mois plus tard lors des élections générales alors qu’il suivait encore des traitements.
En janvier 2010, alors que la maladie semblait derrière lui, M. Béchard avait dû faire face à une récidive de son cancer. Quelques mois plus tard, malgré ses traitements de chimiothérapie, le politicien était de retour sur les bancs de l’Assemblée nationale.