Nuageux

0°C

Chambly, Qc

Nuageux
Humidité: 42%
Vent: E à 17.70 km/h
jeudi, 21 novembre 2013 01:00

Chambly : le directeur général est congédié

Le directeur général de la Ville de Chambly, Jean Lacroix, a officiellement été congédié, le 19 novembre dernier lors d’une assemblée extraordinaire du conseil municipal qui portait uniquement sur ce point. Même si la municipalité et le maire de Chambly, Denis Lavoie, refusent de nommer l’employé (la résolution n’indiquait que son matricule), la lecture des considérants de la résolution permet de tirer cette conclusion.

Ainsi, on peut, entre autres, lire : considérant l’ingérence politique dudit employé auprès d’élus violant ainsi son devoir de neutralité politique; considérant que ledit employé a refusé de remettre un rapport qui a été fait sur le temps de la Ville de Chambly et par des employés de la Ville de Chambly; considérant que ledit employé, tel que stipulé dans la décision de la CSST, a choisi d’enquêter son employeur; considérant que ledit employé n’a jamais informé le conseil en aucun temps de ses démarches d’enquêtes personnelles cela en violation de l’article 144 L.C.V; considérant que ledit employé a choisi de rencontrer les médias et tenir des propos insidieux sur son employeur et son maire; considérant que ledit employé, en tant que haut fonctionnaire a outrepassé son devoir de réserve et considérant que le lien de confiance a irrémédiablement été rompu et que les multiples actions à répétition dudit employé ont démontré un manque de loyauté envers la Ville de Chambly, son maire et certains de ses dirigeants.

L’employé a donc été congédié pour fautes lourdes, manque de loyauté et lien de confiance irrémédiablement rompu.

On se souviendra qu’au cours de la dernière campagne électorale, Jean Lacroix, qui était en arrêt de travail depuis 10 mois, s’était adressé à une journaliste du Journal de Montréal afin de lui divulguer les résultats de ses enquêtes sur différents contrats. Selon lui, plusieurs extras non-justifiés (près de 800 000 $) avaient été accordés par Chambly, alors que Denis Lavoie était en poste. Denis Lavoie s’était défendu en affirmant avoir confiance aux ingénieurs qui lui recommandaient d’autoriser ces travaux. Une longue enquête administrative qui s’est déroulée à la municipalité ainsi qu’un avis juridique ont permis à la Ville de mettre fin à l’emploi de M. Lacroix.