Clair

16°C

Chambly, Qc

Clair
Humidité: 87%
Vent: SSW à 6.44 km/h
mardi, 24 novembre 2009 19:00

Chambly profite de l’exode des jeunes familles

On le sait, les Montréalais sont nombreux à déménager vers la banlieue. Or, un autre phénomène est de plus en plus remarqué; l’exode des citoyens de la première couronne vers les municipalités plus éloignées. Une question de gros sous.
Les premières banlieues de Montréal perdent de plus en plus de citoyens au profit de villes un peu plus éloignées. C’est du moins ce que révèle un rapport dévoilé mercredi dernier par la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL). Une situation qui tend à favoriser des municipalités comme Chambly et Marieville, qui peuvent compter sur l’exode de plusieurs jeunes familles pour assurer leur développement résidentiel depuis quelques années. À elle seule, Longueuil perd tous les ans quelques 1 700 citoyens au profit de villes des deuxième et troisième couronnes de la Rive-Sud, telles Saint-Basile-le-Grand, Candiac, Chambly et Marieville. Selon la SCHL, c’est l’important écart de prix entre les maisons des villes de la première couronne et celles des autres municipalités qui serait l’élément déclencheur de ce phénomène, particulièrement chez les jeunes de 25 à 44 ans.
Le prix des maisons se situant parfois jusqu’à 40 % moins élevé dans une ville comme Chambly comparativement à certains secteurs de Longueuil, l’option de s’éloigner davantage de la métropole devient de plus en plus alléchante. Selon l’analyste en chef à la SCHL, David L’Heureux, l’attrait des maisons neuves, plus abordables, de même que les possibilités d’accéder aux villes du centre grâce aux transports en commun, joueraient aussi un rôle majeur dans cet exode. D’ailleurs, concernant le transport en commun, il semble que les municipalités qui comptent sur une station de train de banlieue à proximité ou sur leur territoire, telle Saint-Basile-le-Grand, sont les premiers à profiter de ces déménagements de plus en plus nombreux, un autre constat souligné par la Société canadienne d’hypothèque et de logement. Certes, voilà de quoi faire réfléchir les élus du bassin de Chambly. Rappelons que la population de Chambly s’établit à près de 24 000 habitants actuellement. Or, selon les prévisions démographiques les plus ambitieuses, ce nombre pourrait atteindre les 29 000 personnes d’ici sept ans.