Généralement ensoleillé

18°C

Chambly, Qc

Généralement ensoleillé
Humidité: 91%
Vent: SSE à 22.53 km/h
mardi, 30 mars 2010 20:00

Chiffres alarmants sur la violence dans les Centres Jeunesse

La violence semble être un mode de vie dans les Centre jeunesse de la Montérégie. C’est ce qu’affirment plus de la moitié des travailleurs de ces établissements qui se disent victimes de cette violence.
Cette affirmation provient d’une étude commandée par le syndicat du Centre de la Montérégie et qui a été menée partout au Québec.
Plus de la moitié des 700 répondants auraient été victimes de violence physique dans la dernière année. Les syndiqués affirment être épuisés de vivre cette situation. «Les gens sont quotidiennement confrontés à des situations de violence, explique Jean-François Landry, du syndicat des Centres jeunesse de la Montérégie. Ça peut être de recevoir un coup de poing, se faire pousser, c’est très large. On peut se faire lancer des chaises. Dans le fond, ce que les enfants peuvent se mettre sous la main, c’est utilisé. On comprend les comportements sauf qu’à un moment donné ça peut devenir pesant sur le quotidien.»
Pour ce qui est de la violence psychologique, les chiffes sont encore plus inquiétants. Plus de 90% des répondants en souffrent, pour une moyenne de quatre fois par semaine. Il s’agit entre autres de menaces, d’injures et de gestes d’intimidation. « Se faire sacrer après, se faire faire des menaces de mort, je vais trouver où tu habites. Fais attention à ton char. Ça aussi c’est déjà arrivé à plusieurs reprises que j’ai été victime de cela. » affirme une éducatrice d’un de ces centres.
Les relations qu’ont les éducateurs avec les familles sont parfois tendues. Il arrive que les éducateurs doivent témoigner en cour et leur témoignage ne plaît pas toujours aux parents... Ces événements causent stress et anxiété chez les éducateurs. Beaucoup d’entre eux partent en congé de maladie après quelques années.
À Chambly, l’établissement regroupant les services des Centres jeunesse de la Montérégie sont situés sur l’avenue de Salaberry. Au Québec, ce sont 16 Centres jeunesses qui sont répartis sur tout le territoire.