Partiellement nuageux

25°C

Chambly, Qc

Partiellement nuageux
Humidité: 64%
Vent: NE à 22.53 km/h
jeudi, 29 avril 2010 20:00

Commission d’enquête: Bertrand St-Arnaud ne lâche pas le morceau

Le député de Chambly et critique de l’opposition en matière de sécurité publique, Bertrand St-Arnaud, demande toujours la tenue d’une enquête publique dans l’industrie de la construction.Même si l’escouade Marteau mise sur pied par le gouvernement Charest vient encore de faire deux nouvelles arrestations cette semaine, Bertrand St-Arnaud croit qu’une commission d’enquête publique pourrait cohabiter avec l’opération Marteau.

«Il y a un très grand scepticisme au sein de la population à l’égard de l’opération Marteau. Il n’y a eu que six arrestations en six mois d’enquête. Marteau est utilisée par le gouvernement pour convaincre les Québécois qu’on n’a pas besoin d’une enquête publique (...) Même les policiers de la SQ réclament une enquête publique », a insisté le député de Chambly.
À l’Assemblée nationale, le député de Chambly a plaidé que l’enquête Marteau ne suffirait pas à enrayer la collusion érigée en système entre les municipalités, le gouvernement et leurs fournisseurs.
Le ministre de la Sécurité publique Jacques Dupuis a eu bien du mal à résister aux assauts répétés de Bertrand St-Arnaud et d’autres députés de l’opposition. Il a plaidé que six ministères du gouvernement Charest avaient décidé de resserrer leurs modes d’attribution de contrats et qu’un code d’éthique pour les élus municipaux serait bientôt adopté (les députés ne seront pas liés par ces nouvelles exigences éthiques). Le ministre de la Sécurité publique a aussi rappelé que d’autres enquêtes policières menées à grande échelle depuis une dizaine d’années, Carcajou (1995), Printemps 2001, SharQC (en 2007) et Diligence, avaient donné des résultats probants. «Nous vous prions d’avoir confiance », a insisté M. Dupuis.
En ce qui concerne le dernier budget, Bertrand St-Arnaud s’est aussi insurgé contre  qu’une nouvelle salle de presse ait été aménagée au coût de 887 000 $ au quartier général de la Sûreté du Québec, rue Parthenais, à Montréal. Il a accusé Jean Charest de ne pas donner l’exemple lorsqu’il invite tout le monde à faire sa part pour le retour à l’équilibre budgétaire.