Nuageux

-3°C

Chambly, Qc

Nuageux
Humidité: 56%
Vent: E à 17.70 km/h
mardi, 06 décembre 2011 00:00

Des voleurs de cuivre s’en prennent aux pierres tombales du cimetière de Chambly

La série de vols de cuivre qui sévit présentement dans la région et partout au Québec s’est transportée dans le cimetière de Chambly cet automne. C’est la triste constatation à laquelle en est venu Guy Lebel quand il est allé se recueillir sur la tombe de son père, Pierre Lebel, le jour de son anniversaire le 26 octobre dernier.

M. Lebel a eu la mauvaise surprise de découvrir que la plaque de cuivre qui avait été achetée il y a 5 ans, afin d’y être déposée sur l’épitaphe de son père, ne s’y trouvait plus. Indigné et surtout triste, l’homme n’a pu que constater que les voleurs de cuivre n’ont pas de problèmes moraux à profaner des sépultures si ces dernières sont ornées du convoité métal.

Jointe vendredi, l’épouse du défunt, Yolande Lebel, s’est dite renversée de constater un pareil vol : « J’avais fait mettre cette plaque afin de rehausser la pierre tombale qui s’était un peu dégradée au fil des ans. J’en avais profité pour ajouter un texte en hommage à mon mari. Je suis attristée. Je dois maintenant faire remplacer le monument et je ne compte pas utiliser ce métal » a-t-elle affirmé.

Du côté de la Régie de police Richelieu-St-Laurent, on affirme que c’est la première fois que l’on entend parler d’une histoire de vol de cuivre sur une pierre tombale. « Il est courant que les malfaiteurs s’en prennent à des églises, surtout à leurs paratonnerres, mais pas aux sépultures » affirme Pierre Tremblay, porte-parole du corps policier. Du côté de la paroisse, on affirme que cet événement est un cas isolé et on invite la famille à porter plainte à la police. On se souvient qu’en juillet dernier, les cinq lampadaires ornés de cuivre de l’église Saint-Nom-de-Marie à Marieville avaient été dérobés au plus grand étonnement du chanoine Gérald Ouellette. Il reste maintenant à savoir si cette tendance prendra de l’ampleur au cours des prochains mois.