Nuageux

3°C

Chambly, Qc

Nuageux
Humidité: 92%
Vent: SE à 22.53 km/h
vendredi, 28 janvier 2011 11:11

Dossier Lyne Massicotte : les aveux d’Alain Perreault sur vidéo

Le jury a eu droit, jeudi, au procès d’Alain Perreault, accusé du meurtre de la Chamblyenne Lyne Massicotte, à la vidéo enregistrée à l’insu de l’accusé dans laquelle il avoue son meurtre à un agent double. Sur la vidéo, on a pu voir un Alain Perreault qui offrait d’abord la même version qu’il avait livrée aux policiers et aux proches de Lyne Massicotte mais il s’est finalement mis à table.

« Je l'ai étranglée... Ç'a dû durer deux ou trois minutes... Elle ne faisait pas un son. Puis, je l'ai attirée vers le lit. Plus on avançait, moins y'avait de réactions. Elle n’a pas dû souffrir. Je l'ai déshabillée et j'ai tenté d'avoir une relation sexuelle, mais je ne bandais pas. Elle est tombée assise à côté du lit, pis ça finit là... » Alain Perreault a ensuite indiqué à l’agent double qu’il croyait être le grand patron de l’organisation criminelle fictive pour laquelle il était certain de travailler qu’il avait disposé du corps dans la région de Lévis. En tout, cet entretien aura duré 90 minutes

Pour l’agent double qui a recueilli les aveux de Perreault, il est évident que l’accusé a fini par lui dire la vérité. La version qu'a finalement livrée Alain Perreault à l'agent d'infiltration personnifiant le grand patron de l'organisation criminelle est apparue d'autant plus véridique à ce dernier que l'accusé mentionnait des éléments de preuve que seul l'auteur du meurtre de Lyne Massicotte pouvait connaître. Même s’il a été contre-interrogé vivement par la défense, ce dernier a affirmé qu’il était normal qu’une personne ayant commis un tel crime ne se confie pas facilement.

L'avocat de Perreault, Stéphane Beaudoin, a tenté plusieurs fois de faire dire à l’agent que « sa » vérité devait nécessairement être « une version incriminante ». Le policier a répondu qu'il avait déjà été impliqué dans « deux ou trois » opérations semblables où les suspects avaient réussi à se disculper en les convainquant qu'ils n'étaient pas les meurtriers.

Me Beaudoin a aussi cherché à faire admettre à l'agent que l'opération n'était « pas une réussite totale », puisque le corps de Lyne Massicotte n'a jamais été trouvé. « Faux! », a-t-il répliqué, « mais c'est certain qu'on souhaitait le retrouver. »

Le procès d’Alain Perreault termine aujourd’hui sa deuxième semaine. La durée prévue du procès est de 3 semaines.