Nuageux

-8°C

Chambly, Qc

Nuageux
Humidité: 83%
Vent: W à 28.97 km/h
jeudi, 12 janvier 2012 00:01

Études internationales : préparer des adultes ouverts sur le monde au sein d’une communauté qui évolue

Les résidants de la MRC de Rouville ont, depuis quelque temps, la possibilité de faire évoluer leurs enfants au sein de programmes d’études internationales. Pour la première fois cette année, l’école primaire Micheline-Brodeur de Saint-Paul-d’Abbotsford propose à sa clientèle un programme d’études internationales allant de la maternelle à la 6e année. Et depuis trois ans maintenant, la Polyvalente Mgr Euclide-Théberge de Marieville l’offre aussi à ses étudiants de secondaire 1 à 5. Un défi entrepreneurial pour Chantal Majeau, directrice de l’école Micheline-Brodeur et Marie-Claude Huard, coordonnatrice du programme à Mgr Euclide-Théberge. Non seulement les deux femmes dévouées ont-elles implanté ces programmes dans leurs milieux respectifs, mais leur vision des choses pourrait avoir un impact significatif auprès des communautés qu’elles desservent.

 

Des adultes ouverts sur le monde

Depuis 2008, la polyvalente Mgr Euclide-Théberge propose un programme d’études internationales à des étudiants de première à cinquième secondaire. Mais qui peut s’inscrire et profiter de cet enseignement tourné vers l’ouverture, la communication et l’apprentissage global?

« Il faut d’abord comprendre que ce n’est pas un programme élitiste », lance Marie-Claude Huard. La coordonnatrice explique qu’il y a bien des tests de sélection pour faire partie d’une des deux classes de chaque niveau, mais qu’une éblouissante réussite académique n’est pas nécessaire pour espérer profiter de cet enseignement. « On veut surtout s’assurer que l’étudiant soit capable de suivre un rythme d’enseignement soutenu. Ils doivent avoir une moyenne générale de 70 %, ce qui n’est pas inatteignable. Nous cherchons à savoir si le jeune postulant possède des connaissances générales et une attitude ouverte sur le monde et la communauté » démystifie-t-elle en partant.

 

Mais concrètement?

Mais concrètement, à quoi ressemblent ces programmes primaires et secondaires? Il faut d’abord comprendre que les élèves de chaque niveau étudient le programme général du ministère de l’Éducation du Québec. Toutefois, cet enseignement est bonifié de manière à atteindre les objectifs des études internationales offertes partout sur la planète. Tout au long de leurs études primaires et secondaires, les jeunes devront développer une manière de vivre leur vie en comprenant bien le monde dans lequel ils évoluent. Cette adaptation se fait par le biais d’une formation qui laisse plus de place aux langues, aux communications et à l’intégration des apprentissages.

L’école Micheline-Brodeur propose aux étudiants un enseignement axé sur des modules de recherches et six grands thèmes : comment fonctionne le monde? ; où nous situons-nous dans l’espace et dans le temps? ;  comment nous exprimons-nous? ; comment nous nous organisons? Et finalement, le partage de la planète. C’est à travers ces thèmes que l’étudiant apprendra toutes les matières exigées par le ministère et plus. Ainsi, les jeunes sont initiés dès la maternelle à la langue espagnole, à l’implication bénévole et à l’autonomie.

À l’établissement Mgr Euclide-Théberge, c’est autour de trois grands thèmes que l’enseignement est transmis : L’ouverture sur le monde, la communication et l’apprentissage global.  L’ouverture sur le monde se concrétise, entre autres, par un programme laissant une plus grande place à l’apprentissage de l’anglais dès le secondaire 1 et en secondaire 2. À partir de la troisième secondaire, c’est l’espagnol qui fait son entrée en classe de manière plus poussée. Les communications sont mises de l’avant de manière à ce que l’étudiant puisse savoir être et savoir communiquer dans le monde qui l’entoure. Ainsi, en plus des langues, la littérature et le théâtre sont également étudiés. La rédaction et la lecture font partie des habiletés qu’ils doivent acquérir durant leur formation. À chaque niveau, les élèves doivent produire des modules qui intègrent les différentes notions acquises. L’apprentissage global permet, de son côté, l’intégration de ces notions plus théoriques. C’est sur le terrain, lors de voyages annuels à l’étranger que l’apprentissage du monde et des communications sera mis de l’avant. L’implication bénévole au sein de la communauté fait également partie de l’apprentissage global « Cela permet de les mettre en contact avec la vraie vie, les vrais enjeux » explique Marie-Claude Huard.

 

Et la collectivité?

« L’objectif premier d’offrir à notre clientèle le programme d’études internationales était d’attirer les jeunes familles à venir s’implanter à Saint-Paul-d’Abbotsford et ainsi freiner la décroissance de fréquentation de notre école » affirme spontanément Chantal Majeau qui a travaillé fort afin d’implanter la seule école primaire internationale de la Commission scolaire des Hautes-Rivières (CSHR). C’est dans cette optique communautaire que la directrice est allée chercher tout le financement et l’aide dont elle avait besoin avant de lancer son école dans cette grande aventure. « Nous avons eu le support de notre municipalité, de la commission scolaire et du CLD au Cœur de la Montérégie et de la MRC de Rouville dans le cadre du programme du Pacte rural qui vise à soutenir des initiatives communautaires. Avoir une école internationale sur son territoire permet un développement des plus intéressants, sans compter l’impact que ce type d’offre peut avoir sur le décrochage scolaire. Nous remarquons que nos élèves sont très motivés par cet enseignement », explique-t-elle. Chantal Majeau ajoute qu’elle sent présentement, sur le terrain, l’engouement des parents intéressés à ce que leurs enfants qui évoluent actuellement ailleurs sur le territoire de la CSHR puissent s’inscrire dans son établissement. Visiblement, les premiers signes de développement se concrétisent.   L’école en est, cette année, à la phase d’implantation du programme qui devrait se solder par une accréditation internationale de l’organisme (IB) qui chapeaute ces programmes à travers le monde.

Offert depuis trois ans maintenant, le programme d’études internationales de la polyvalente Mgr Euclide-Théberge permet à la coordonnatrice du programme de saisir son impact sur la communauté : « Nous avons maintenant des étudiants qui viennent de l’étranger tout comme d’autres qui affluent d’autres municipalités du territoire. L’effet positif sur nos étudiants et notre ville est remarquable ».

Si l’on se fie au succès d’autres écoles offrant le programme d’études internationales au Québec, les deux responsables de ces établissements primaires et secondaires ont toutes les raisons de croire que l’avenir de ces jeunes et de leur communauté se veut rayonnant et rempli d’espoir!

Source : inspiremag.ca, Guylaine Lebel