Archives nationales

mercredi, 20 octobre 2004 20:00

Le dollar canadien dépasse les 80 cents US

Pour la première fois depuis 1993, le dollar canadien a terminé la journée d’hier à plus de 80 cents américains.Le huard a gagné 74 centième au cours de la journée pour coter 80,29 cents. Cette appréciation de la devise canadienne est survenue au lendemain de la décision de la Banque du Canada de relever le taux cible du financement à un jour d’un quart de point pour le porter à 2,5 pour cent.

Aux audiences de la commission Gomery à Ottawa hier, l’avocat d’Alfonso Gagliano a tenté de d’expliquer les fréquentes interventions de l’ex-ministre dans le programme des commandites. Selon le témoignage d’Isabelle Roy, une ancienne employée de la direction des commandites, le directeur du programme, le défunt Pierre Tremblay, souffrait d’alcoolisme, ce qui le rendait souvent incapable de travailler en après-midi.

Une manifestation étudiante attendait les députés lors de la rentrée parlementaire hier à Québec. Les étudiants étaient présents devant le parlement pour dénoncer la décision du gouvernement de couper 103 millions de dollars dans le programme des prêts et bourses. La Fédération des étudiants affirme de plus que le ministère de l’Éducation va se priver de 70 millions de dollars du fédéral. En effet, la Fondation canadienne des bourses d’études du Millénaire retient sa subvention pour bris d’entente; le Québec n’aurait pas respecté l’entente signée en 1999. Le ministre de l’Éducation, Pierre Reid, affirme de son côté que les négociations vont continuer avec Ottawa.

Le gouvernement Libéral minoritaire  a évité la tenue d’un vote de non confiance de la part de l’opposition, hier. Les chefs des quatre partis politiques se sont en entendus pour l’adoption d’une motion présentée par le chef Conservateur Stephen Harper. Ce dernier réclamait cinq amendements au programme gouvernemental, lu dans le Discours du Trône il y a deux semaines.

lundi, 18 octobre 2004 20:00

Vives réactions contre le PQ

Les réactions étaient nombreuses hier au lendemain de la clôture du conseil national du Parti québécois. Le premier ministre du Québec, Jean Charest,  a déploré que le PQ songe à utiliser les fonds publics pour mousser l’option souverainiste. M. Charest a fortement critiqué l’argument des péquistes voulant qu’ils se soient faits «voler» le dernier référendum. De son côté, le chef de l’ADQ, Mario Dumont, voit dans l’engagement de Bernard Landry une tentative d’attirer l’attention pour préserver son leadership. Selon lui, la démarche référendaire est désuète.

L’élection d’un gouvernement du Parti québécois amènera la tenue d’un référendum hâtif sur l’indépendance du Québec, malgré les risques qu’une telle opération soulève. Le chef du parti, Bernard Landry, en a donné l’assurance hier au terme du Conseil national qui a réuni 400 militants du Parti québécois en fin de semaine en Estrie.

Page 2 sur 16