Partiellement nuageux

13°C

Chambly, Qc

Partiellement nuageux
Humidité: 60%
Vent: S à 35.40 km/h
mardi, 01 décembre 2009 19:00

Beaucoup de questions sur les nanoparticules

Les nanoparticules, ces minuscules particules se cachant un peu partout dans notre alimentation, suscitent actuellement de l’inquiétude de la part des gouvernements. Des résultats d’études toxicologiques ont effet mis en garde les autorités des risques sanitaires dus à l'ingestion de ces substances. C’est que les nanoparticules seraient capables de traverser les barrières biologiques, comme la paroi cellulaire. Autrement dit, grâce à leurs tailles, elles pourraient se nicher à l'intérieur d'une cellule et provoquer d'éventuelles inflammations et dommages génétiques. De la taille d'un milliardième de mètre, les nanoparticules sont utilisées dans une variété d'aliments. Les textures de la poudre de chocolat ou du ketchup sont ainsi améliorées par ajout de dioxyde de silicium (SiO2). La couleur des confiseries est aussi stabilisée et les vinaigrettes sont blanchies par du dioxyde de titane (TiO2), qui a d’ailleurs été classé cancérigène pour l'homme par voie respiratoire par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2006. Tantôt épaississants, tantôt conservateurs ou colorants, le SiO2 et le TiO2 sont davantage connues sous le nom d'additifs alimentaires.
Que cela soit pour modifier la couleur, la fluidité ou encore le goût, les applications des nanoparticules dans le domaine alimentaire sont immenses. Selon un rapport de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA), les connaissances sur les risques sanitaires liés aux nanoparticules sont toutefois insuffisantes pour l’instant.