Généralement clair

-8°C

Chambly, Qc

Généralement clair
Humidité: 70%
Vent: WNW à 22.53 km/h
mardi, 20 avril 2010 20:00

Manger moins vivre plus longtemps

Saviez-vous que moins manger vous permet non seulement de vivre en meilleure santé, mais aussi, de vivre plus longtemps?
C’est ce que démontrent de nombreuses études sur le sujet. Selon des chercheurs, qui ont testé l’incidence d’une restriction calorique à long terme sur des souris, il est démontré que si l’on réduit de 30 % le nombre de calories ingérées, on augmente de 40% la longévité.

Toutefois, il ne faut pas mettre le corps en carence. Il est important d’avoir toutes les vitamines nécessaires à une bonne santé. Même son de cloche sur des études faites auprès des singes. Les chercheurs ont étudié deux groupes de primates. Le premier n’a subi aucune restriction alimentaire. L’autre s’est vu réduire sa consommation quotidienne de 30%. Bien que l’étude ne soit pas encore complétée, puisque les singes en captivités vivent en moyenne durant 27 ans et que l’étude est en branle depuis 20 ans, il y a des premiers résultats. Les singes n’ayant pas subi de modifications alimentaires sont morts à 50% alors que ceux qui ont moins mangé sont morts à 20%. De plus, les singes soumis à une restriction de l’apport calorique se distinguent par leur plus grande vivacité, une peau plus élastique et un excellent profil sanguin des lipides et du sucre, comparativement à ceux qui mangent de plus grandes quantités de nourriture. Plus intéressant encore, les singes qui mangent moins sont touchés plus tardivement par le cancer, les maladies cardiovasculaires ainsi que l’atrophie de la matière grise du cerveau et, par conséquent, parviennent à atteindre un âge plus avancé.
Selon le Dr Richard Béliveau, qui a fait de nombreuses études sur l’alimentation anti-cancer, manger moins permet au corps de modifier son métabolisme et de produire moins de radicaux libres qui sont toxiques pour les cellules. D’autre part, la restriction calorique induit une reprogrammation importante du métabolisme des cellules, notamment l’activation de certains mécanismes de défense impliqués dans la réponse au stress. L’activation de ces mécanismes, notamment une classe de protéines appelées sirtuines, provoque une série d’effets positifs qui, collectivement, réduisent le vieillissement des composants des cellules et permettent ainsi aux organes de fonctionner de façon optimale pendant plus longtemps.
Alors pour tous ceux qui désirent rester jeunes longtemps, la recette est simple, mangez moins!