Luc Noiseux
Averses dispersées

4°C

Chambly, Qc

Averses dispersées
Humidité: 93%
Vent: SE à 28.97 km/h
mercredi, 01 novembre 2017 11:04

Radio-Canada indique que la démocratie serait mise à l’épreuve à Chambly

Denis Lavoie et Françine Guay. Denis Lavoie et Françine Guay.

Un article de Radio-Canada, paru ce matin, indique que la démocratie serait mise à l’épreuve dans Chambly. C’est l’annulation de la séance ordinaire du conseil municipal de Chambly du 3 octobre dernier qui est au cœur de l’histoire.

Il y est d’abord indiqué que la lettre concertée qui annonce au maire de Chambly, Denis Lavoie, que tous les conseillers municipaux (sauf Françine Guay) ne se présenteront pas à la séance du conseil du 3 octobre en raison de la politique spectacle de Madame Guay, ferait suite à une résolution de cette dernière. « La lettre est datée du 29 septembre alors que tout indique qu’elle a été rédigée suite à l’envoi de ma résolution » explique Madame Guay. « À son avis, il s’agit plutôt d’un stratagème pour bloquer le dépôt de son projet résolution qui réclamait une vérification externe de contrats octroyés par la ville entre 2005 et 2009, notamment dans le domaine de la construction, une période où Denis Lavoie était en poste.» peut-on lire dans l’article. De son côté, Denis Lavoie attribue la lettre et la résolution au hasard. Au chamblymatin.com il ajoute : « la première des deux résolutions avait déjà été battue sur le banc par le conseil en 2013. La deuxième, qui demande de s’informer sur les prix d’une vérification externe, a ensuite été rejetée par le conseil. De plus, les états financiers de la municipalité sont toujours vérifiés à l’externe. Allait-on dilapider 20 000 $ à 25 000 $ pour faire faire un travail déjà fait ? » s’est questionné M. Lavoie.

Dans l’article, plusieurs experts municipaux (professeurs, ancien ministre des affaires municipales) indiquent que cette absence des conseillers n’est pas illégale au sens de la loi, mais qu’elle pourrait l’être au code d’éthique. « Une absence concertée pourrait contrevenir au code d’éthique si c’est dans le but d’éviter, par exemple, qu’il y ait quorum.» révèle Guillaume Rousseau, professeur de droit. Denis Lavoie indique que la seule obligation de la Ville est de produire un calendrier des séances et qu’en politique, les actions sont concertées « n’en déplaise au professeur ».

L’article révèle également que la conseillère municipale a reçu une mise en demeure de la part du maire Lavoie suite à la divulgation de cette résolution. « Il demande à Francine Guay de se rétracter, estimant que sa proposition est diffamatoire. Il l’accuse de faire de la désinformation et de ramener à l’avant-plan, et ce, à l’approche des élections, une question déjà réglée dans une résolution battue en 2013.» peut-on lire. « Je n’ai pas l’intention de me taire. Il est temps que la vérité sorte » a commenté Francine Guay suite à l’article. « Je ne veux pas qu’elle se taise, je veux qu’elle dise la vérité » a répliqué Denis Lavoie.

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1062900/la-democratie-mise-a-lepreuve-a-chambly