Luc Noiseux
Nuageux

-3°C

Chambly, Qc

Nuageux
Humidité: 56%
Vent: E à 17.70 km/h
mardi, 25 juin 2013 01:00

À Ottawa, une autre session parlementaire prend fin

Que retenir de la dernière session parlementaire à la Chambre de communes? Pour moi, elle aura surtout été marquée par les scandales du gouvernement conservateur. Celui du saccage controversé de l’assurance-emploi, tout d’abord, qui continue de soulever la colère de milliers de citoyens. Mais au cours des dernières semaines, ce sont les scandales des sénateurs conservateurs et libéraux qui ont retenu l’attention... à juste titre!

En effet, presque chaque jour de cette session parlementaire nous a apporté de nouveaux détails concernant ces sénateurs non élus et non redevables à la population qui ont tenté de voler les contribuables pour plusieurs centaines de milliers de dollars.

Rappelons les faits : le sénateur libéral Mac Harb a réclamé plus de 230 000 $ en dépenses auxquelles il n’avait pas droit. Mais pire encore, au grand mépris de la population, M. Harb a lancé une contestation judiciaire à la Cour supérieure de l’Ontario afin d’éviter de rembourser l’argent.

Ça ne va pas mieux du côté du parti conservateur, même s’ils ne cessent de nous promettre ouverture, transparence et reddition de comptes. Je dirais que leur bilan est encore plus épouvantable. Embrouillés eux aussi dans des scandales de dépenses, les sénateurs Pamela Wallin et Patrick Brazeau ont dû quitter le caucus conservateur.

Et c’est sans parler de l’affaire Duffy-Wright. Après s’être fait prendre la main dans le sac pour avoir lui aussi fraudé les contribuables, Mike Duffy doit toujours 90 000 $ aux Canadiens. Mais plutôt que de l’expulser du caucus, le bras droit de Stephen Harper a décidé de lui faire un chèque personnel!

Heureusement, celui-ci a été obligé de démissionner, mais M. Duffy siège toujours au Sénat et détient un salaire à vie. Imaginez-vous! Pendant que des milliers de Canadiens ont de la misère à joindre les deux bouts, un sénateur fraudeur recevra 135 200 $ jusqu’à la fin de ses jours.

C’est pour cette raison que le NPD réclame l’abolition de cette institution indigne du 21e siècle.

Ces histoires montrent bien que les conservateurs dirigent un régime usé et fatigué. Désormais, les décisions provenant du plus haut niveau de l’État sont prises, non en fonction de l’intérêt public, mais selon des considérations partisanes, et surtout, en fonction du risque de se faire prendre en flagrant délit. S'il y a une lueur d'espoir dans tout ça, c’est que des mesures sérieuses et efficaces seront bientôt mises en place pour améliorer la transparence à Ottawa. En effet, juste avant la fin de la session, le NPD a réussi à faire adopter une motion visant à confier la vérification des dépenses des députés à un organisme indépendant.

Sur ce, bon été! Faites attention à vous et j’espère vous croiser dans un évènement dans la circonscription.

Matthew Dubé

Député de Chambly-Borduas

1-877-741-7802