Averses de neige

-11°C

Chambly, Qc

Averses de neige
Humidité: 81%
Vent: NNE à 11.27 km/h
lundi, 10 mai 2010 20:00

Comment vivre le deuil d’un enfant?

Perdre un être cher est une épreuve très choquante et insoutenable. Il est possible de résoudre un deuil, car la vie reconstruira un nouveau sens. Cette reconstruction sert à transmettre aux autres des connaissances et d’y laisser votre trace au fil du temps. Vous accordez de l’attention aux petites choses simples de la vie comme le chant des oiseaux au printemps. Si vous avez d’autres enfants, vous devez leur expliquer les vraies choses.

Chaque deuil est différent et unique en soi et il faut laisser les autres la vivre à leur façon. La perte entraîne des émotions irréelles, cette irréalité protège votre corps de la réalité pour pouvoir ensuite, mieux tolérer la vérité que vous ne pouvez pas concevoir pour l’instant.
La mort a toujours eu sa place et elle fait partie malheureusement d’un tout, incompris ou mystérieux. On peut s’y habituer en prenant le temps de se séparer ou faire mourir les choses inutiles de votre vie qui vous déconcertent pour mieux voir l’essentiel de la vie.  Le temps ne permet jamais d’oublier, mais il remet les choses au bon endroit.
Rappelez-vous des souvenirs positifs et le plus bel hommage est d’améliorer sa vie, elle vous aide à devenir une personne plus enrichie et authentique. Faites le bilan de ce que la personne a pu vous apporter et constatez que ces qualités vous les possédez aussi pour les réinvestir. Vous avez la possibilité de vous surpasser, de mieux vous connaître, de mieux comprendre les autres, d’avoir du courage, de saisir les défis, de reconnaître que les gens ne sont pas parfaits et de reconnaître vos valeurs. Une autre étape importante est celle de pardonner à vous-même et à la vie, il y a un grand pouvoir dans le pardon. Elle vous dégage de tout remords, de cesser de vous accuser du malheur et apporte une réflexion intérieure.
Le processus de deuil comporte le choc et le déni, la désorganisation (soulevant des émotions intérieures refoulées), l’adaptation (remises en question, réappropriation de sa vie) et l’acceptation (quête intérieure et guérison). En fait, le temps n’existe pas, mais la guérison est dans ce que l’on en fait. Laissez-vous le droit de pleurer ou d’être révolté, faites appel à des groupes d’entraide, soyez alerte à votre corps, acceptez graduellement le décès, tentez de surmonter les émotions de haine ou de culpabilité, entreprenez un nouveau projet et reprenez vos activités. Je vous suggère de lire aussi sur le sujet.

Marie-Josée Lépine est éducatrice spécialisée, intervenante en délinquance et finissante en adaptation scolaire primaire
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.