Averses dispersées

4°C

Chambly, Qc

Averses dispersées
Humidité: 93%
Vent: SE à 28.97 km/h
vendredi, 22 avril 2016 10:47

Des pièges à agrile du frêne

Gagnant du terrain chaque année, l’agrile du frêne menace les frênes des villes et des boisés d’Amérique du Nord et de notre région. Le professeur Claude Guertin de l’INRS  et monsieur Robert Lavallée, chercheur à Ressources naturelles Canada, ont développé un dispositif de lutte biologique contre les adultes de l’agrile du frêne qui sera testé dans les municipalités du Québec et de l’Ontario dès l’été 2016.


Pour arriver à la solution déployée, les chercheurs ont conçu un dispositif d’autodissémination qui oblige les agriles du frêne à traverser une chambre contaminée par un champignon. Les agriles du frêne s’envolent ensuite et poursuivent leur cycle normal. Au cours de la reproduction, le champignon est transmis à un plus grand nombre d’insectes. Puis, le champignon se développe rapidement et tue les agriles du frêne.

Cette entente de recherche impliquera l’installation du dispositif dans des municipalités participantes.

L’agrile du frêne a été accidentellement introduit en Amérique du Nord en provenance d’Asie. Malheureusement, il est entré dans un écosystème qui présentait peu de menaces pour lui : les facteurs de régulation naturelle de sa population sont absents en Amérique du Nord, lui laissant la chance de se disséminer rapidement et très efficacement. La technologie utilisée ajoute un obstacle important à la multiplication de l’agrile du frêne et, combiné à d’autres traitements et outils de gestion, pourrait contribuer à ralentir la progression de cet insecte.

L’agrile du frêne pond ses œufs sur l’écorce des arbres. Les larves y creusent des galeries qui nuisent à la circulation de la sève, ce qui finit par tuer l’arbre. Les insectes adultes, longs de 1,4 à 1,5 cm (environ le diamètre d’une pièce de dix cents) émergent de l’arbre au début de l’été. Les pièges sont suspendus dans la cime des arbres peu avant la période de vol, dès la mi-juin dans la région de Montréal. L’abattage des arbres dont l’infestation est trop avancée pour procéder à un traitement s’effectue entre la mi-octobre et la mi-mars. L’agrile du frêne a déjà causé la perte de plusieurs millions de frênes aux États-Unis et au Canada.