jeudi, 11 décembre 2014 11:22

Les CPE de la Montérégie inonderont Francine Charbonneau et Philippe Couillard de toutous

Les membres du Regroupement des centres de la petite enfance de la Montérégie (RCPEM) ont officiellement entrepris une nouvelle forme de sensibilisation auprès de la ministre de la Famille Francine Charbonneau. Intitulé « Douze jours de Noël », l’opération consistera à : au jour 1, le Premier ministre Philippe Couillard et la ministre de la Famille Francine Charbonneau recevront chacun un toutou de la part d’un CPE, accompagné du message suivant : «La qualité des interventions durant la petite enfance facilite notamment la réussite éducative. C’est pourquoi la majorité des parents du Québec préfère le modèle CPE à tout autre service. Investir dans les CPE, c’est investir de façon durable dans l’économie du Québec.» Suivant le calendrier des « Douze jours de Noël », les envois augmenteront au fil des jours : 2 toutous pour le jour 2, 3 toutous pour le jour 3, et ainsi de suite jusqu’au 19 décembre, pour un total de 78 toutous.

Les organisateurs de cette démarche veulent ainsi rappeler au premier ministre et à la ministre le mur qu’avaient formé les 40 000 toutous sur la Colline parlementaire à Québec, à l’automne 2005. Les familles, les CPE et leurs partenaires refusaient alors de voir le gouvernement Libéral d’alors affaiblir financièrement le réseau des CPE puis provoquer son démantèlement.

« Aujourd’hui, nous refusons qu’au nom d’une austérité imposée sans analyse ni réflexion le gouvernement anéantisse le réseau des CPE et dénature notre politique familiale, deux réalités québécoises dont nous sommes fiers et qui jouissent d’une renommée internationale » soutient avec ferveur Claudette Pitre-Robin, directrice générale du RCPEM. « Nous refusons que des places de qualité soient troquées contre des places dans des garderies commerciales au bénéfice des propriétaires et non des enfants et de leurs familles. Nous refusons que le gouvernement ignore la petite enfance et refuse de soutenir les enfants issus de milieux vulnérables leur refusant ainsi une égalité des chances. Nous refusons de reculer de 30 ans pour tenter plus tard d’aller de l’avant. Nous refusons également de plonger dans une récession au nom de l’austérité du gouvernement Couillard. Il est impératif qu’on se souvienne que la politique familiale et le réseau des CPE ont émergé dans un contexte de déficit zéro parce que le gouvernement à cette époque était conscient qu’ils constitueraient un apport déterminant pour le Québec, du point de vue social et économique» conclut-elle.