Généralement ensoleillé

-13°C

Chambly, Qc

Généralement ensoleillé
Humidité: 66%
Vent: W à 35.40 km/h
mercredi, 16 février 2005 19:00

Des couples à d’autres époques

Charles-Michel d’Irumberry de Salaberry est officier dans l’armée anglaise. En 1812, il épouse Marie-Anne-Julie Hertel de Rouville. De Salaberry est hissé au statut d’héros national quand, le 26 octobre 1813, il sort vainqueur de la bataille de la Châteauguay devant 7000 Américains avec seulement 300 hommes, des Voltigeurs canadiens.

Le couple, issu de l’aristocratie canadienne-française, est de tous les événements mondains. En 1814, ils s’établissent à Chambly, sur la rue Richelieu, dans une luxueuse résidence qu’ils font construire. En 1819, Marie-Anne-Julie hérite de sa mère 4 704 arpents de la seigneurie de Chambly-Est. Le couple exploite les propriétés foncières, plus particulièrement les fiefs de Saint-Mathias, de Beaulac et une partie de la seigneurie de Chambly. Sept enfants naîtront de leur union.
 
De nombreux couples ont peuplé la région, soit ceux composés des filles du roi et des colons célibataires du régiment de Carignan-Salières, demeurés au pays après leur service militaire. Anne le Seigneur, fille du roi, née en 1647, épouse en 1668 Jean Besset dit Brisetout au fort Saint-Louis (Chambly), devant Jacques de Chambly. Ils élèvent dix enfants sur leur terre de la Côte du Huron dans l’actuel Saint-Mathias. Ils sont les ancêtres des familles Bessette d’Amérique, dont le Frère André. Marie Lelong, une fille du roi née en 1648, épouse, en 1671, le soldat René Dumas dit Rencontre. Ils s’établissent sur une terre dans la seigneurie de Chambly, dans l’actuelle ville de Carignan. Marie donne naissance à neuf enfants. Marie-Marthe Poyer est la fille d’un soldat de la compagnie franche de la Marine. Elle épouse Jean Monty, soldat de la même compagnie en 1729 et deviennent les ancêtres de tous les Monty du pays.

Par Marie-Claude Dauray            Source : SHSC