Partiellement nuageux

17°C

Chambly, Qc

Partiellement nuageux
Humidité: 92%
Vent: W à 28.97 km/h
jeudi, 14 octobre 2010 01:00

Yves Lessard etle supplément de revenu garanti

Le député bloquiste Yves Lessard condamne durement le gouvernement conservateur au sujet de sa façon de venir en aide aux personnes âgées. Il dénonce surtout son obstination à nier les changements qui sont nécessaires au programme de Supplément de revenu garanti (SRG). Le député de Chambly-Borduas rappelle que le Bloc Québécois mène la lutte depuis de nombreuses années aux côtés des représentants des groupes de personnes âgées afin d’améliorer le sort des aînés les plus fragiles, mais qu’un long chemin reste toujours à faire.

« Sous l’ancien gouvernement libéral, nous avons mené un immense combat qui a permis des améliorations importantes, notamment afin de faciliter l’accès aux prestations. Grâce à nos efforts, des dizaines de milliers d’aînés ayant droit aux prestations ont pu recevoir un revenu d’appoint crucial à leur qualité de vie. Mais des besoins tout aussi pressants demeurent, notamment en regard de la pleine rétroactivité des montants dont les prestataires ont été privés, de la hausse des prestations, de l’inscription automatique pour les ayants droit ainsi que du traitement des conjoints des prestataires décédés. Ces revendications sont regroupées dans le projet de loi C-516 du Bloc Québécois, que le gouvernement aurait tout intérêt à examiner soigneusement. Le projet de loi a franchi l’étape de la première lecture », a rappelé Yves Lessard, porte-parole du Bloc Québécois en matière de Ressources humaines et Développement social. « Au Québec, environ 40 000 aînés sont toujours privés du SRG même s’ils ont droit aux prestations. Ces personnes doivent joindre les deux bouts en dépit de revenus qui ne suffisent pas à procurer ce que les gens considèrent comme le minimum de dignité. L’insensibilité et la mauvaise foi de ce gouvernement ont suffisamment duré. Le programme de Supplément de revenu garanti doit être revu en profondeur et ajusté pour s’adapter aux besoins actuels des personnes âgées », a conclu Yves Lessard.