Averses dispersées

21°C

Chambly, Qc

Averses dispersées
Humidité: 87%
Vent: ESE à 17.70 km/h
jeudi, 13 mai 2010 20:00

La thérapie du hockey

Je sais, il y a plus important dans le monde. Je sais, notre député de Chambly Bertrand St-Arnaud travaille fort et se démène pour que le gouvernement de Jean Charest annonce finalement, après une bonne année de scandales à répétition, la tenue d’une commission d’enquête sur l’industrie de la construction et le financement des partis politiques. Je sais. C’est vraiment important toutes ces choses et on continue de les suivre jour après jour mais...

jeudi, 29 avril 2010 20:00

Vive les contes de fées

Ouf, vous auriez dû voir les sourires accrochés sur les visages des clients et employés de chez Tim Horton jeudi matin. Tout le monde se parlait, tout le monde riait. Les hommes avaient tous une galanterie à offrir aux femmes qui elles, échangeaient dans la joie la plus totale, leurs impressions du match de la veille! Les voitures stationnées devant la porte avaient revêtu leurs jolis fanions, bref, la ville était « hockey » comme disait l’ancien slogan des Canadiens de Montréal.

jeudi, 11 mars 2010 19:00

Vive Clotaire!

Jésus est en ville! Clotaire Rapaille est venu répandre la bonne nouvelle. Ses paroles, que dis-je, son nectar de vie et de vérité abreuve tout le Québec de sa grande acidité.

jeudi, 25 février 2010 19:00

On se « nounoie »

Depuis bientôt deux semaines, les Jeux Olympiques alimentent nos discussions comme si plus rien d’autre n’avait d’importance dans le monde.
On se « nounoie » gros comme ça, en parlant des prouesses de ces athlètes qui, disons-le, nous impressionnent drôlement.

jeudi, 28 janvier 2010 19:00

La naiveté du redoux

Chaque année c’est la même chose. Chaque an, on s’y fait prendre, on espère, on fait des projets. On se prend à rêver de bermudas, de chemises en lin et vlan! Le redoux de janvier est déjà terminé.C’est année, j’ai décidé de ne pas me faire prendre. Notez qu’il est à peu près temps étant donné mes 35 ans! Je suis restée de glace (sans jeux de mots) devant les fausses promesses de Dame Nature.
Non, cette année je n’ai pas cru que pour la première fois de mon existence, je m’en sauverais avec seulement trois pelletages d’entrée en une saison hivernale. Je ne me suis pas laissé aveugler par cette pluie des derniers jours qui a donné à ma voiture des allures printanières et qui a fait sortir les rivières de leur lit.
Ha que non, car je connais la bête. Cette bête qui revient tous les hivers et qui revêt son grand manteau blanc. Cet ennemi qui se déchaîne sur nos têtes tous les mois de mars, le mois des fameuses tempêtes. Je vous préviens, non, nous ne sauterons pas notre tour. Comme chaque année, nous allons y goûter. Oubliez les changements climatiques, le réchauffement global, l’Antarctique qui fond, les pingouins qui suent. Nous sommes au Québec et nous gèlerons encore et encore.
Je me souviens de cette conversation que j’avais eue avec cette Haïtienne il y a quelques années; elle disait qu’elle adorait vivre ici, mais qu’elle ne s’était jamais réellement faite au climat. J’ai des nouvelles pour elle, même quand on est né ici, on ne s’habitue pas! On a beau dire qu’on est nordiques, forts et pas « frileux », une chose est certaine, l’hiver est trop long!

Vous avez peut-être déjà lu  cette série de livres qui s’intitule Bouillon de poulet pour l’âme. Le concept est fort simple, sous forme anecdotique, des centaines d’histoires qui réchauffent le cœur sont relatées aux lecteurs qui ne demandent pas mieux que de boire ce réconfortant bouillon. Cette semaine, à travers l’horreur de l’inenviable situation en Haïti, les médias, comme les journalistes, avaient certainement envie, de temps à autre, de sortir de l’enfer des décombres, des cadavres, des handicapés et des mutilations pour se concentrer sur ce que la vie peut apporter de plus beau. C’est notre façon à nous, humains, d’accepter l’inacceptable. Toute la semaine, nous avons été témoins de miracles qui nous réchauffent le cœur. Benito Revolus, retrouvé vivant à Port-au-Prince, a passé cinq jours sous les ruines, cloué au sol par un pied de lit. Une fillette âgée d’à peine 22 jours a été retrouvée vivante dans les décombres de Jacmel.

Page 1 sur 14