Nuageux

-1°C

Chambly, Qc

Nuageux
Humidité: 92%
Vent: W à 20.92 km/h
lundi, 24 août 2009 20:00

La dépendance Internet traitée en centre

Aux Etats-Unis, un centre de désintoxication d’un nouveau genre vient d’ouvrir. On n’y traite ni la dépendance à la drogue ou à l’alcool, mais aux jeux vidéo et à Internet. Durant six semaines, les patients ont droit à un concentré de vie rêvée. Loin des exercices virtuels de la Wii, on y pratique la relaxation et le sport en plein air. On y inculque quelques bonnes pratiques nutritionnelles et on y fait le point sur le parcours scolaire et professionnel. Surtout, l’encadrement promet une reprise en main psychologique totale. Le tout pour la modique somme de 14 500 dollars.
Toutefois, ce genre de centre n’est rien si l’on compare l’arsenal déployé en Asie, où la dépendance numérique est d’ores et déjà considérée comme un problème de santé publique majeur. Selon une étude réalisée l’an dernier par l’Association internet de la jeunesse chinoise, plus de 10 millions des 100 millions d’adolescents chinois souffriraient d’une dépendance virtuelle. Pour eux, quelque 400 centres de désintoxication numérique ont fleuri dans le pays, selon le China Daily.
Les centres chinois recourent  à des thérapies plus musclées, dans un style très militaire, pour détourner les jeunes des écrans. Le mois dernier, le ministère de la Santé a interdit l’usage des électrochocs, après qu’un psychiatre eut administré ce traitement à plus de 3 000 patients dépendants.
Les jeux vidéo conduisent-ils à ces comportements de repli sur soi ou les accompagnent-ils ? La question n’est toujours pas tranchée. Malgré ces réserves, les ouvertures de centres, où la dépendance numérique est soignée comme une maladie, sont une solution prisée.