vendredi, 12 juillet 2019 12:17

Les citoyens retrouveront leur droit référendaire

Les citoyens retrouveront leur pouvoir de s’opposer à des projets immobiliers qu’ils jugent inacceptables, un droit qui leur avait été retiré par l’ancienne administration municipale en février dernier.

 

C’est du moins ce qu’a présenté la nouvelle mairesse Alexandra Labbé lors d’une assemblée extraordinaire du conseil municipal mercredi dernier, mettant la table pour l’adoption d’un nouveau règlement en ce sens pour la prochaine séance du mois d’août.

 

Le retrait du droit d’approbation référendaire avait soulevé un vif débat lors de son adoption, alors que plusieurs citoyens s’étaient insurgés de se voir retirer la possibilité de bloquer un projet comme celui de l’ancien golf.

 

Le règlement alors adopté à majorité, prévoyait augmenter la participation citoyenne au processus consultatif, sans toutefois nécessairement prendre en compte l’avis de la population.

 

Les élus en faveur de retirer le droit au référendum avaient notamment évoqué une « désuétude du règlement ».

 

« Aussitôt qu’on va dans un processus de signature d’un registre, et éventuellement à un référendum, on s’expose à des résultats peu fiables et à grands coûts. Les gens qui venaient signer étaient seulement ceux qui étaient contre les projets », avait alors déclaré le conseiller Jean Roy lors de la séance du mois de février dernier.

 

La mise de côté de la notion de l’acceptabilité sociale dans les projets immobiliers était l’une des raisons pour laquelle Mme Labbé a présenté son nouveau projet de règlement.

 

« Quand le règlement avait été adopté en février, Mario Lambert et moi avions voté contre et je n’ai jamais compris la réaction de mes collègues qui ont voté en faveur de ça. La réponse à travers les citoyens était unanime et tout le monde voulait conserver son droit d’approbation référendaire. », a-t-elle déclaré en entrevue.

 

Un processus trop lent

 

Une autre raison qui a poussé la mairesse à vouloir retourner à l’ancien système des référendums serait la durée excessive du processus de participation publique tel que prévu dans le règlement adopté en février dernier.

 

« Le règlement de participation publique ralentit le processus de zonage de plusieurs mois. C’est une politique qui implique une énorme période de consultation, la rédaction d’un rapport et une prise en compte du rapport par les élus. En plus, rien n’obligeait les élus à prendre en compte la volonté des citoyens. C’est un processus qui s’étire dans le temps et qui ne représente pas pour moi une plus-value. », a exprimé la mairesse de Chambly, Alexandra Labbé.

 

Tous les élus du parti Démocratie Chambly ont affirmé avoir l’intention de voter en faveur de la proposition de la mairesse, ce qui assure le retour de l’approbation référendaire dès qu’il sera soumis au conseil.

 

Félix Lebel