SP_WEATHER_BREEZY

16°C

Chambly, Qc

SP_WEATHER_BREEZY
Humidité: 95%
Vent: S à 40.23 km/h
jeudi, 17 mai 2018 09:17

L’ancienne conseillère Francine Guay sera-t-elle condamnée pour avoir coupé la parole ?

On devra attendre avant de savoir si l’ancienne conseillère municipale Francine Guay devra payer une contravention de 100 $ qui lui a été donnée, par le maire Denis Lavoie, lors de la séance du conseil municipal de la Ville de Chambly qui se tenait à la mairie le 4 avril 2017. C’est que le procès qui avait lieu hier, dans lequel Madame Guay conteste la contravention pour avoir coupé la parole, n’a pas été conclu au terme de la journée. L’audience se poursuivra la 31 mai.

Lors de cette séance, le maire de Chambly, Denis Lavoie, avait ordonné à la greffière d’émettre une contravention au nom de Francine Guay. Cette contravention a été émise en vertu de l'article 19 du règlement sur la Régie interne des séances du conseil de Ville de Chambly.

Il a tout de même été possible d’entendre les versions des faits des deux protagonistes dans cette histoire. Appelé à la barre, Denis Lavoie a livré un témoignage où il a souhaité mettre en contexte les circonstances dans lesquelles cette contravention avait été remise. Il a parlé d’une lettre, qui lui avait été envoyée en février 2014 par six conseillers municipaux lui demandant d'adopter une tolérance zéro face aux manquements par Madame Guay des règles de fonctionnement des séances du conseil. Quant à l’événement qui a mené à l’émission d’une contravention : « Il est clair dans l’article 19 que les conseillers doivent lever la main pour avoir la parole. J’ai avisé souvent la conseillère Guay de suivre les règles. J’ai finalement sévi en 2017 » a expliqué Denis Lavoie.

De son côté, l’ancienne conseillère du district 8 a également tenu à mettre en perspective le climat des séances : « À chaque fois que je prenais la parole, le vote était demandé afin de me faire taire » a-t-elle plaidé. Elle a aussi fait entendre au tribunal l’extrait de la séance précédant la prise de bec entre elle et le maire Lavoie où l’on entend ce dernier dire « oui » suite à la lecture du point. « Si vous l’entendez dire oui c’est que j’ai la main dans les airs et que je demande la parole » a-t-elle affirmé.

La séance

Lors de cette séance du conseil municipal du 4 avril 2017, le maire et la conseillère s’étaient passablement accrochés après que Francine Guay ait demandé le vote sur le projet de règlement du plan d’urbanisme. Seule conseillère à voter contre le projet, Madame Guay avait alors expliqué que le document de 700 pages, remis la veille, était trop volumineux pour qu’elle puisse le lire en entier avant la séance du conseil municipal. Lors de cette même assemblée, elle avait également demandé le vote et voté contre une dizaine d’autres projets intégrés au document, arguant qu’elle le faisait par respect pour les citoyens étant donné qu’elle n’avait pas l’information nécessaire pour prendre ses décisions.