Ghislain Lebel
Partiellement nuageux

15°C

Chambly, Qc

Partiellement nuageux
Humidité: 81%
Vent: NNE à 17.70 km/h
jeudi, 05 juin 2014 07:24

Environnement : il faut agir maintenant

Récemment, les conservateurs ont démontré une fois de plus leur manque complet de compréhension de la protection de l’environnement. Toute l’histoire a commencé quand le Nouveau parti démocratique a salué l’administration Obama qui a récemment dévoilé sa politique maîtresse en matière de lutte contre les changements climatiques.

Stephen Harper s’est alors vanté d’avoir devancé de deux ans nos voisins du sud en instaurant un plafond aux émissions de gaz à effet de serre (GES) pour les centrales au charbon. Je me permets donc ici de souligner les différences majeures entre les deux programmes et de réitérer l’important d’un réel leadership à Ottawa pour réduire l’empreinte écologique du Canada.

Les États-Unis ont ciblé la plus importante source d’émission de GES aux États-Unis, soit la production d’électricité, et lui ont imposé un plafond pour être en mesure d’atteindre leurs objectifs qu’ils s’étaient fixés à Copenhague en 2009. De son côté, le Canada a annoncé en 2012 des normes qui seront appliquées seulement en 2015 et qui réduiront la pollution des centrales au charbon. Mais le secteur industriel le plus polluant au Canada est celui du pétrole et du gaz, et non pas celui de la production d’électricité. Alors, quand le gouvernement se contente de prévoir des normes pour réduire la pollution émanant des centrales au charbon, c’est pour moi comme de mettre un pansement sur un patient cancéreux. Le secteur le plus polluant, le domaine du pétrole et du gaz, qui devrait être la cible prioritaire, n’est pour l’instant soumis à aucune norme en matière d’émissions.

Il est temps de passer de la parole aux actes. Les promesses ne sont plus suffisantes. Le ministre conservateur John Baird promettait en 2007 de réglementer ce secteur et pourtant, sept ans et trois ministres plus tard, toujours rien n’a été fait. Le Canada s’est engagé en 2009 lors de la conférence de Copenhague à réduire ses émissions de GES de 17% par rapport à 2005 d’ici 2020. Avec les mesures actuellement prévues, nous n’atteindrons même pas la moitié de notre objectif.

Il est temps d’agir, de réintégrer le protocole de Kyoto et de mettre en place des mesures concrètes pour contrôler les émissions des secteurs canadiens les plus polluants.

Nous méritons mieux.

 

Matthew Dubé

Député de Chambly-Borduas

1-877-741-7802